La Lettonie en revue 23/02/2022

Les articles ont été sélectionnés du 05/02/2022 au 22/02/2022 et portent sur l'actualité politico-diplomatique, économique, sportive et culturelle.


Edgars Rinkēvičs, ministre des Affaires étrangères : « L’arrivée des « gardiens de la paix » russes en Ukraine est une attaque

La Russie attaque l’Ukraine actuellement, car Donetsk et Lougansk font partie du territoire ukrainien, a affirmé le ministre letton des Affaires étrangères Edgars Rinkēvičs à la Radio Publique le 22 février au sujet des « gardiens de la paix » russes dans les deux territoires séparatistes.

Le lundi soir, le président de la Russie Vladimir Poutine a annoncé la signature de décret de la reconnaissance de l’indépendance des « républiques autoproclamées » de Donetsk et Lougansk. Il a ordonné les forces militaires russes de « maintenir la paix » dans les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

L’agence Reuters a annoncé d’après les informations fournis par les témoins que les chars de combat et la technique militaire est librement déplacée à Donetsk, contrôlée par les séparatistes. 

Rinkēvičs a dit qu’il n’est pas certain si la prochaine étape s’avère similaire au cas de la Crimée, où les deux territoires « exigeraient d’être annexées par la Russie ». Si l’on compare avec une attaque militaire ouverte, l’entrée des gardiens de paix en Ukraine de l’est n’est pas le pire scénario. « Mais cette entrée doit être considérée comme une attaque, » a déclaré le ministre.

Le Ministre a expliqué qu’il n’est pas possible de prédire  si la Russie essaie de renoncer à une attaque de pleine échelle ou bien il s’agit de la création d’une justification pourquoi les forces russes doivent continuer à avancer en Ukraine. 

Rinkēvičs a souligné que pour l’UE et l’OTAN il est important d’exécuter leurs engagements – mettre en place des sanctions ciblées et fortifier l’aile est de l’OTAN.

«Il est clair que la Russie pense en catégories impérialistes et chauvines. Si une position claire ne sera pas affirmée, il y aura des tentatives de continuer cette politique et aller plus loin,» a expliqué le ministre.

Il a dit qu’il espère que cette semaine un premier paquet de sanctions sera prêt pour donner des signaux clairs à la Russie.


 

Le directeur du centre d’excellence de l’OTAN: La Russie a enclenché une machinerie de désinformation complète

La Russie actuellement est en train de réaliser une “opération d’information” générale, qui d’après sa doctrine est le début d’un conflit. Jānis Sārts, le directeur du centre d’excellence de l’OTAN a exprimé cette opinion dans une interview à la Radio Publique le 17 février en notant que la Russie a actuellement « enclenché un machinerie de désinformation complète ».

« Nous observons beaucoup d’histoires de désinformation à la fois dans le monde, mais aussi dans le milieu russophone et en Lettonie, » a déclaré Sārts.

D’après M. Sārts, les objectifs de cette désinformation sont variés : parvenir à faire croire que l’escalade et la tension militaire actuellement en cours en Europe est la faute aux États-Unis et à l’OTAN et non à la Russie ; détourner l’attention de la concentration des forces militaires à la frontière ukrainienne et attirer l’attention sur les prétendues préoccupations de la Russie en matière de sa sécurité.

Sārts a expliqué que le public cible de ces informations propagées par la Russie est hétérogène. Premièrement ce sont les habitants de la Russie, deuxièmement ce sont les habitants de l’Ukraine, où la Russie essaie de semer la panique, l’inquiétude et l’insécurité. Mais aussi la Russie à l’aide de désinformation essaie de diviser l’ouest et parvenir à ce que l’ouest ne soit plus capable de comprendre dans le moment décisif, ce qui se passe réellement.

En décrivant la propagation de la désinformation, M. Sārts a noté qu’il s’agissait d’une opération globale. On peut également considérer que les déclarations faites par les autorités russes font partie de cette campagne de désinformation.

«Ce sont également les chaînes de télévision. Nous avons tous entendu parler des fameux émissions des grandes chaînes de télévision russes, et leur façon de servir l’information. Mais aussi, c’est tout un écosystème des sites qui propagent de la désinformation russe à l’ouest. Et bien sûr il y a des armées de robots et des trolls dans les réseaux sociaux qui renforcent la propagation de ces informations.»


La hausse de prix des aliments, la plus élevée depuis 10 ans

L’augmentation du coût des aliments que l’on observe actuellement en Lettonie est la plus haute depuis 10 ans. En un an les prix de la nourriture ont augmenté de 7,9% et au début de l’année 2022 ces-derniers ont augmenté jusqu’à 9,4%. La hausse des prix alimentaires a commencé en avril dernier et les experts interviewées par la Radio Publique prédisent que cette augmentation continuera dans les mois à venir.

Un foyer en Lettonie consacre environ ¼ de ses dépenses globales mensuelles à l’alimentation. A cause de l’inflation, il faut dépenser davantage. D’après les données du service central de statistique (CSP), en janvier les prix de l’alimentation ont augmenté de 9,4%.

« Il s’agit d’une très forte augmentation des prix de l’alimentation. La dernière fois nous avons observé une hausse similaire il y a 10 ans, c’est à dire, nous avions des indices d’inflation similaires en 2011.

Les données fournis par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture attestent qu’il s’agit d’une tendance globale, et même au niveau mondial une hausse similaire a été constatée il y a 10 ans, » a expliqué le directeur du département de la statistiques macroéconomiques Intars Abražūns.

Le changement de prix a été analysé dans les groupes des paniers alimentaires suivants : les fruits, les légumes, la viande, les produits laitiers, le pain, et les œufs. Toutefois ce sont les légumes qui ont connu la plus grande hausse de prix – plus de 20%. Le prix des huiles et des produits gras, ainsi que du lait, du fromage et des œufs a également augmenté, d’après Abražūns. Toutefois si l’on considère des produits alimentaires individuels – le sarrasin et les pommes de terre ont connu la plus forte hausse de prix : 60%, une augmentation de 30% pour les carottes, les choux, les oignons et les poires, une hausse similaire pour les prix des huiles végétales, et de la farine.

L’économiste de Swedbank Agnese Buceniece explique la hausse des prix par les processus dans les marchés globaux, ainsi que les problèmes logistiques, et le manque de main d’œuvre dans le secteur agro-alimentaire. Elle affirme que le risque de continuation de l’augmentation des prix est haut.


 

Quatre décennies de la photographie lettonne – nouvelle exposition au musée des Beaux-Arts de Lettonie

Le 19 février au Musée des Beaux-arts de Lettonie a été inaugurée la nouvelle exposition “12 photographes/125 photographies/ 10 séries” qui rend compte de quatre décennies dans l’art photographique letton. L’exposition couvre les années 1960 – 1990 et permet de voir les écritures photographiques et leurs différences parmi les meilleurs photographes lettons, mais aussi des changements qui appartiennent à chaque décennie.

Dans les années 1960 en Lettonie il était commode de créer des œuvres photographiques dotées de forts contrastes et au caractère expressif. L’exemple le plus typique de cette tendance est la photographie de Gunārs Binde et le portrait du metteur en scène Eduards Smilģis, œuvre qui a obtenu une médaille d’or dans un concours au Buenos-Aires. Binde d’après la commissaire d’exposition Elita Ansone est parmi les photographes les plus primés dans les concours internationaux. Il a travaillé également dans la photographie documentaire qu’il considère ne pas être un art. L’exposition présente une série d’œuvres intitulée « Allo Moscou !» faite en 1965, il s’agit d’une commande de publicité de Moscou pour un auditoire étranger, œuvres montrées rarement, les photographies de Binde témoignent de l’ambiance des années 1960 en Union Soviétique.

Dans les années 1960, une autre photographe - Zenta Dzividzinska travaille avec le médium photographique en portant un intérêt particulier à l’avant-garde dans l’art. Dzividzinska a interprété de manière atypique pour l’époque l’image de la femme, dominée à ce moment-là, par l’esthétisation masculine.

Ensuite un acteur majeur dans les années 1970 est le photographe Egons Spuris qui caractérise son travail comme document subjectif. Entre le documentaire et le modernisme, Spuris crée des œuvres géométriques mais ancrées dans une réalité, celle de son temps. Spuris prend la tête du club photo de Ogre et autour de lui – Andrejs Grants, Inta Ruka, Gvido Kajons, Valts Kleins – les photographes qui s’intéressent surtout à la photographie documentaire et qui sont également présentés dans l’exposition.

Gvido Kajons avec sa série « Thème 011 » dépeint l’environnement soviétique et son absurdité. D’autres se tournent vers une approche plus humaniste, comme le caractérise Mme Ansone – parmi ces derniers Inta Ruka avec la série « Mes gens de la campagne » le cycle de photographies de Aivars Liepiņš dédié aux descendants des ortodoxes vieux croyants qui habitaient à Siksala et la série « Je veux être heureux » qui porte sur les enfants des internats de Valts Kleins. Parmi d’autres photographes présentés dans cette exposition – Andrejs Grants, Māra Brašmane, Uldis Briedis, Gunārs Janaitis et Sarmīte Kviesīte.


 

Une médaille de bronze aux Jeux Olympiques d’hiver et de l’espoir pour la renaissance du ski de fond en Lettonie

Le dimanche dernier dans une cérémonie festive se sont terminés les Jeux Olympiques d’hiver, les organisateurs de l’évènement ont symboliquement passé le relai aux suivants – la ville de Milan-Cortina en Italie.

Les athlètes de la délégation de Lettonie dans ces Jeux Olympiques ont obtenu une médaille de bronze.

Le meilleur résultat a été atteint dans l’épreuve de luge où Elīza Tīruma, Kristers Aparjods et le duo Mārtiņs Bots/Roberts Plūme ont obtenu le bronze. 14 équipes ont participé à ces épreuves mais 13 les ont fini.

Bots et Plūme dans la compétition de luge sont restés quatrièmes, les frères Šici – cinquièmes et Kristers Aparjods est également resté cinquième. Les athlètes auraient souhaité un meilleur résultat dans les épreuves individuelles car l’excellence des résultats obtenus à la Coupe Mondiale donnait de l’espoir pour une réussite.

Les skieurs de fond lettons Patrīcija Eiduka et Raimo Vīgants se sont révélés excellents. Si auparavant les lettons espérait être parmi les 50 premiers dans cette discipline sportive, Vīgants a obtenu la 20é position et Eiduka dans la piste de 10km a obtenu la 23é position. Eiduka considère que leur succès pourrait être un nouveau stimulus pour le développement du ski de fond en Lettonie.

Seen a mistake?

Select text and press Ctrl+Enter to send a suggested correction to the editor

Select text and press Report a mistake to send a suggested correction to the editor

Features
Most important

Please be aware that the LSM portal uses cookies. By continuing to use this site, you agree that we may store and use cookies on your device. Find out more

Accept and continue