La Lettonie en revue: Juillet 2022

Les articles ont été sélectionnés pour traduction au mois de juin et au début du mois de juillet 2022 et portent sur l'actualité politique, économique, et culturelle en Lettonie.

Le ministère de la Défense annonce la proposition du projet de la mise en place progressive d’un Service obligatoire de la Défense d’état

Le 5 juillet le ministre de la Défense Artis Pabriks dans une conférence de presse a annoncé le projet d’instaurer un Service obligatoire de la Défense d’état en Lettonie à partir de 2023.

Le ministère prévoit une mise en place progressive du service pendant une durée de cinq ans. Il est prévu que ce service serait bénévole dans les premières années d’instauration. Le 1 janvier 2023 d'après le plan du ministère, débuterait la première étape où les jeunes seraient appelés à joindre le service de manière bénévole. Il est prévu d'organiser des recrutements deux fois par an : le 1 janvier et le 1 juillet. Le ministère de la Défense prévoit de mettre en place un mécanisme transparent et juste de sélection pour l’organisation des recrutements.

Il est prévu qu’après la période de transition de cinq ans, le service deviendra obligatoire pour les hommes de 18 à 27 ans. Les femmes âgées de 18 à 27 ans pourront s’inscrire de manière bénévole. Le ministère prévoit proposer de faire un choix et s’inscrire dans un des quatre moyens de service :

  • Service de la Défense d’état
  • La garde nationale
  • Cursus du commandant de la batterie
  • Un service alternatif dans les institutions du ministère de l’Intérieur, de la Santé ou du ministère des Affaires sociales

Le projet prévoit que le service durerait onze mois avec un mois de vacances.  Cela inclut 3 mois d’apprentissage de base pour devenir soldat, 3 mois d'apprentissage d’une spécialité militaire et 5 mois de service dans une des unités les Forces nationales armées.

Il est prévu que ceux qui suivent le service recevront des garanties sociales et une compensation mensuelle de 400 euros, ils seront également nourris et logés dans les casernes avec accès à l’infrastructure du sport.

Pendant la première année de réalisation du Service de la Défense d’état il est prévu d’attirer environ 1000 citoyens lettons – 500 dans chaque recrutement, l’unité en charge de la réalisation de l’apprentissage sera la brigade de l’infanterie terrestre.

Dans la même conférence de presse le ministre a annoncé la création d’une nouvelle base militaire internationale près de Jēkabpils et Aizkraukle.


D’après « Cert.lv » la Lettonie depuis mai 2022 est la première cible du groupe des hackers russes « Killnet »

Suite au projet de loi sur la destruction du monument de la Victoire, la Lettonie depuis le mois de mai est devenue la première cible du groupe des hackers russes « Killnet ». La Lituanie vient de rejoindre cette liste à la suite des restrictions introduites au sujet du transit vers Kaliningrad, dans une interview à la Radio Lettone a expliqué Vairis Teivāns, directeur adjoint de l’Institution de la réponse aux incidents de sécurité de la technologie d’information lettone « Cert.lv » .

La Lettonie pendant plus d’un mois et demi est ciblée par ces attaques, comme la Lituanie l’était à la fin du mois de juin. Toutefois d’après M. Teivāns, la Lettonie s’est bien défendue contre ces attaques des cybercriminels. Cette réussite peut être expliquée par un travail de longue date afin de préparer la protection des systèmes de l’état et des municipalités contre des cyberattaques. Teivāns a expliqué qu’il a été fait de sorte que la société la plus part de temps ne se rende même pas compte de ces attaques.

Il est certain que il y a des cas où la préparation et la prévention des attaques n’a pas eu lieu à temps. En Lettonie les cyberattaques les plus visibles ont été faits contre la plateforme « Mobilly » en provoquant l’indisponibilité du service. Dans certains cas, l’achat des billets de train de « Pasažieru Vilciens » a été empêché, ainsi que l’accès au portail de charité « Ziedot.lv ». Au début du mois de juillet, une attaque est survenue contre les fonctionnalités du Centre de la radio et de la télévision.

M. Teivāns a également noté que la guerre dans le cyberespace est en cours depuis janvier 2022. En Lettonie il y a eu certaines attaques sérieuses qui ne sont pas liées à « Killnet » mais un autre groupe des hackers russes qui travaille le plus probablement de manière organisée et avec le soutien des autorités russes. Cette affaire est en cours d’investigation, donc le directeur adjoint de Cert.lv n’a pas été en capacité de donner plus de détails sur le sujet.


Les experts vont proposer au gouvernement une liste de 69 édifices qui glorifient le régime soviétique pour le démantèlement

Le Service de l’inspection d’État pour la protection du patrimoine a soumis à la fin du mois de juin une liste de 69 objets qui glorifient le régime soviétique, susceptibles d'être démantelés. Dans le cas de 21 édifice ou plaque commémorative qui font partie de cette liste, il est conseillé d'en conserver des fragments comme preuves d’histoire.

Les experts ont évalué 162 objets dans toute la Lettonie suite à la décision du 16 juin votée à la Saeima qui stipule le démantèlement des monuments qui glorifient le régime soviétique et nazi. Les experts ont évalué les messages idéologiques que portaient ces édifices, ainsi que leur valeur artistique et historique. L’évaluation va continuer en juillet et la liste complète pourrait être finalisée à la fin de l’été. Après la confirmation de cette liste au Cabinet des Ministres, les travaux de démantèlement devront être conduits par les municipalités jusqu’au 15 novembre 2022.

Le directeur du Service de l’inspection d’État pour la protection du patrimoine Juris Dambis a indiqué : « Notre situation n’est pas difficile en comparant avec d’autres pays, car aucun de ces édifices ou plaques commémoratives n’a été inscrit dans la liste des objets culturels à protéger par l’état après l’obtention de l’indépendance. Nous savons tous que pendant l’époque soviétique des objets de ce type étaient protégés et inclus dans une liste des monuments à protéger, nos voisins lituaniens ont beaucoup plus de difficultés avec cela.

En même temps la municipalité de la ville de Daugavpils a décidé de se tourner vers la Cour Constitutionnelle au sujet de la loi sur le démantèlement des objets qui glorifient le régime soviétique intitulée « Sur l’interdiction de l’exposition et sur le démantèlement des objets qui glorifient le régime soviétique ou nazi dans le territoire de la République de Lettonie ».

Le maire de Daugavpils Andrejs Elksniņš a expliqué la décision de la mairie par ce que la Saeima a voté ce projet de loi sans consulter les municipalités et que ce dernier oblige les municipalités de couvrir la moitié des frais de démantèlement.


Les plus récentes données du centre de statistique letton : en juin 2022, les prix moyens de la consommation ont augmenté de 19,3% par rapport au juin 2021.

Cette fois le taux d'inflation a dépassé celui de la dernière crise économique en Lettonie. En mai 2008, l’inflation de l’année avait atteint 17,9%. Pour toute l’année 2008, l’inflation annuelle moyenne était de 15,4%.

Le plus grand impact sur les prix moyens à la consommation en juin 2022 par rapport au juin 2021 avait la hausse des prix des services et des biens ménagers, de la nourriture, des boissons non-alcooliques, des produits et des services liés au transport, des services de la restauration et de l'hôtellerie etc.

Dans le groupe des produits alimentaires et des boissons non alcooliques les prix ont augmenté de 22,1% en un an. Pour les produits ménagers les prix moyens ont augmenté de 39,9%. Le hausse la plus importante a été constaté pour les prix de l’électricité, le chauffage, le gaz naturel et des combustibles solides. Les prix pour les produits liés aux transports ont augmenté de 32,2%, ce qui a été déterminé par la hausse du prix de pétrole à 60,3%: du gazole à 64,9% et du carburant à 57,5%, le gaz à 30,4%.

L’inflation dans le cours d’un mois - 2,4% en juin en comparant avec mai 2022.


Début du programme culturel pour la fête de Riga

Le week-end du 9 et 10 juillet été lancée la programmation culturelle consacrée à la célébration de la fête de Riga. Cette fois à l’inverse du format traditionnel qui prévoyait 3 jours de célébrations au centre-ville, le nouveau programme a été créé pour une durée de deux mois, en mettant l’accent sur les différents quartiers de la ville. Aux côtés du centre-ville, des évènements festifs seront organisés dans le quartier d’Āgenskalns, de Maskavas forštate, de Bolderāja, d’Imanta, de Pļavnieki etc. Les évènements se tiendront sous forme des excursions instructives dans les jardins et dans les parcs de la ville, des évènements festifs, des ateliers et des concerts.

Renāte Lagzdiņa, créatrice du programme a expliqué que cette fois, il est important de célébrer la diversité de la ville de Riga, c’est pour cela qu'à ces évènements sont invités à la fois les habitants des quartiers en question mais aussi tous ceux qui souhaitent découvrir l’ambiance caractéristique de chaque endroit.

Les grands évènements se dérouleront les samedis jusqu’à la fin du mois d’aout dans six lieux différents. Les premiers qui ont accueilli les festivités étaient les habitants de Vecmīlgrāvis. Les prochains évènements sont attendus à Āgenskalns le 23/07, à Bolderāja le 30/07, à Maskavas forštate le 06/08, à Imanta le 20/08, ainsi qu à Purvciems et Pļavnieki le 20/08.

« Cette année nous avons choisi des lieux qui ne possédaient pas une infrastructure culturelle très développée, ceux où les évènements culturels n’avaient pas lieu d’habitude. Pour nous, il est important d’assurer que la culture soit plus proche des quartiers résidentiels. C’était un des objectifs. Le second objectif était de réfléchir au contexte local dans lequel est implanté l’événement, » a expliqué Renāte Lagzdiņa. Elle a précisé que dans l’organisation des évènements, il était important que les organisateurs prennent en compte des spécificités particulières. Les évènements devaient être éducatifs, festifs, ils devaient assurer la participation des enfants, des jeunes et des seniors, et devaient collaborer avec des associations locales des quartiers. Les quartiers vers lesquels les organisateurs se sont tournés sont aussi ceux où habitent plus de russophones, c’est important de les rencontrer, a précisé Mme Lagzdiņa.

Le 23 juillet va avoir lieu la fête du quartier de Āgenskalns, avec le centre des festivités à Nometņu iela. Le 30 juillet ce sera le tour de Bolderāja avec le centre des festivités à Stūrmaņu iela. Aux côtés de la fête dans les 6 quartiers, des évènements spéciaux se tiendront dans quatre parcs de Riga qui ont été nommés « Les parcs des moments joyeux ». Ces évènements se dérouleront à Vērmanes dārzs, Viesturdārzs, parc devant le manoir Mazjumprava à Ķengarags, et le parc Nordeķu à Iļģuciems.

En tout, plus de 150 évènements seront proposés dans le programme culturel de l’Été de Riga. Tout le programme des festivités est disponible en anglais en suivant le lien suivant.

Seen a mistake?

Select text and press Ctrl+Enter to send a suggested correction to the editor

Select text and press Report a mistake to send a suggested correction to the editor

Most important

Please be aware that the LSM portal uses cookies. By continuing to use this site, you agree that we may store and use cookies on your device. Find out more

Accept and continue