La Lettonie en revue: Décembre 2022

Take note – story published 1 year and 6 months ago

Les articles ont été sélectionnés pour traduction au mois de novembre et au mois de décembre et portent sur le nouveau gouvernement en Lettonie, sur les actualités dans les domaines social, politique, artistique et dans le monde du journalisme.


Deux mois et demi après les élections législatives, le gouvernement de Krišjānis  Kariņš est approuvé

La 14e Saeima a approuvé par un vote de confiance le nouveau gouvernement qui sera dirigé par Krišjānis  Kariņš (Nouvelle Unité), et que forment trois partis politiques – Nouvelle Unité, Liste unie et Alliance nationale. Pendant les débats à la Saeima, les représentants de la coalition ont souligné les défis actuellement présents dans plusieurs domaines en même temps. Cependant, les membres de l’opposition ont reproché le manque d’objectifs concrets dans le plan du gouvernement les prochaines années à venir.

54 députés de la Saeima ont voté pour le vote de confiance au gouvernement, 37 ont voté contre. Le second gouvernement de Krišjānis  Kariņš est le 21eme depuis la restitution de l’indépendance de Lettonie.

- Premier ministre : Arturs Krišjānis  Kariņš (Nouvelle Unité),

- Ministre de la Défense : Ināra Mūrniece (Alliance nationale),

- Ministre des Affaires étrangères : Edgars Rinkēvičs (Nouvelle Unité),

- Ministre de l’Économie : Ilze Indriksone (Alliance nationale),

- Ministre de l’Intérieur : Maris Kučinskis (Liste unie),

- Ministre de l’Éducation et de la Science : Anda Čakša (Nouvelle Unité),

- Ministre du Climat et de l’Énergie : Raimonds Čurdars (Nouvelle Unité),

- Ministre de la Culture : Nauris Puntulis (Alliance nationale),

- Ministre des Affaires sociales : Evika Siliņa (Nouvelle Unité),

- Ministre des Transports : Jānis Vitenbergs (Alliance nationale),

- Ministre de la Justice : Inese Lībiņa-Egnere (Nouvelle Unité),

- Ministre de la Santé : Līga Meņģelsone (Liste unie),

- Ministre de la Protection de l’environnement et du Développement régional : Māris Sprindžuks (Liste unie),

- Ministre de l’Agriculture : Didzis Šmits (Liste Unie)

Avant le vote des députés de la 14e Saeima, les forces politiques qui forment la coalition – Nouvelle Unité, Liste unie et Alliance nationale - ont signé un accord pour former le gouvernement, en déclarant l’accomplissement de la déclaration du gouvernement, de l’accord de collaboration et de l’accord de la discipline fiscale.

Dans son discours devant les députés de la 14e Saeima, le Premier ministre Krišjānis Kariņš s'est engagé à prendre en compte des conditions difficiles de la crise en planifiant la vie d’après la crise. « Nous devons avoir un objectif commun pour la collaboration entre le prochain gouvernement avec la Saeima : profiter de ce temps incertain afin de réaménager notre économie afin que le bien-être, l’envie de vivre en Lettonie augmente, afin que de plus en plus de personnes qui sont contentes de vivre en Lettonie et qui voient leur avenir ici. J’appelle à une transformation complète de l’économie, ceci n’est pas une tâche simple, mais c’est une tâche réalisable. »

Le Premier ministre a surtout souligné l’importance du travail dans les domaines suivants :

  • La sécurité, y compris l’Etat de droit et la force des lois, la sécurité militaire et le système de protection civile, qui d’après lui est incomplet;
  • L’éducation;
  • L’énergie, en renonçant au gaz russe et en employant plus de ressources renouvelables, en espérant de pouvoir exporter dans l’avenir
  • L’augmentation de l’export et de la concurrence, la numérisation et l’importance du projet ferrovier « Rail Baltica »
  • Le niveau de vie, y compris la qualité et l’accessibilité du secteur de la santé.

Lancement du marathon de charité "Dod 5" pour collecter des dons afin d'aider les enfants ukrainiens réfugiés en Lettonie. Pendant la première journée de cette campagne caritative - 85 781 euros ont été collectés

Le 16 décembre 2022 a commencé la campagne caritative - le marathon de charité « Dod 5 » (« Tape m’en cinq ») avec l’arrivée des trois DJ de la radio lettonne dans un studio en verre installé sur la place de Doms à la vieille ville. Ce marathon, transmis en direct 24h dure jusqu’au 22 décembre et cette année collecte des dons pour aider les enfants ukrainiens réfugiés en Lettonie.

Le président de Lettonie Egils Levits était parmi les premiers invités. Il a exprimé sa certitude sur la victoire de l’Ukraine dans la guerre. La Lettonie, d’après le président Egils Levits, va continuer à soutenir l’Ukraine dans la guerre contre la Russie et va aider à la reconstruction du pays après que celle-ci soit terminée.

En échange d’un don minimum de cinq euros, il est possible d’entendre votre chanson préférée sur les ondes de la Radio Cinq (radio Pieci.lv). Les dons collectés avec l’aide de l’organisation caritative Ziedot.lv vont être utilisés pour apporter aux enfants ukrainiens réfugiés en Lettonie des fournitures scolaires et des ordinateurs, pour l’amélioration de leur santé et pour le soutien psychologique, pour des chaussures et des vêtements d’hiver et autres produits de première nécessité.

Au cours de la première journée, 85 781 euros ont été collectés.


En rapport à la menace à la sécurité nationale, le Conseil national des médias électroniques annule l’autorisation d’émettre de la chaîne télévisée russe Dojd

Le Conseil national des médias électroniques (CNMEL) a décidé le 6 décembre d’annuler la licence de diffusion du programme de la télévision indépendante russe Dojd "Дождь" ou TV Rain qui travaille actuellement depuis la Lettonie, a informé le président du conseil Ivars Āboliņš.

« En évaluant plusieurs violations de la loi qui ont été commis, CNMEL est certain que la direction de TV Dojd ne se rend pas compte de l’importance et de la gravité de ces violations, c’est pourquoi ils ne peuvent pas travailler en Lettonie. Cette décision a été prise suite à la nouvelle enquête du 6 décembre et est liée à la menace à la sécurité nationale et à l’ordre public en Lettonie, » a déclaré le président du CNMEL Ivars Āboliņš. 

TV Dojd est sorti de la diffusion le jeudi 8 décembre et ainsi la chaîne a perdu le permis de diffusion sur le territoire européen. La décision du CNMEL peut faire l'objet d'un recours en justice. La menace à la sécurité nationale de Dojd a été également signalée au conseil dans une lettre par le Service de sécurité de l’État Letton. Le président du CNMEL nie qu’il s’agit d’une décision politique.

L’ensemble des violations évaluées par le conseil et précisés par M. Āboliņš sont le fait de ne pas avoir mis en place une piste sonore en langue lettone – le programme s’était engagé à fournir cette piste à partir du mois de septembre. Le programme a reçu une amende de 10 000 euros à cause de la diffusion d’une carte où la Crimée apparaissait comme le territoire de la Russie. L’armée russe sur la chaîne à plusieurs reprises a été nommée « notre armée » et un des présentateurs de la télévision aurait exprimé son soutien à l’armée russe et aurait donné l’impression que des moyens techniques ou matériels seraient recueillis pour aider l’armée de l’occupation, d’après M. Āboliņš.

D'après M. Tikhon Dziadko, le rédacteur en chef de Dojd il s’agit des actions absurdes. Il a noté que les représentants de la chaîne n’ont pas été invités à la réunion où la décision de révoquer la licence a été prise et qu’ils n’ont pas eu la possibilité de se défendre . « Je note que nous ne sommes pas convenables à la conjoncture politique d'ici, je ne considère pas que nous posons une menace à la sécurité de la Lettonie. Je sais que Dojd depuis 12 ans tient une position certaine, honnête et transparente, condamne l’annexion de la Crimée, l’invasion en Ukraine et les crimes de guerre perpétués en Ukraine par l’armée russe. Et c’est pourquoi actuellement, Dojd ne se trouve pas en Russie. »


Suite à la pression de la mairie de Daugavpils, le Centre d’art Mark Rothko retire trois œuvres de l’exposition de l’artiste estonien Sander Raudsepp

Suite à la pression de la mairie de Daugavpils à la fin du mois de novembre, et après un entretien, le Centre d’art Mark Rothko a enlevé des œuvres appartenant à une exposition inaugurée cet automne. Il s’agit de l’exposition du céramiste estonien Sander Raudsepp « Une envie mortelle de parvenir à l’après-mort » où le cycle « Ton Jésus alternatif » regroupe de diverses interprétations du signe de la croix.

Parmi les œuvres exposées, une œuvre nommée « Dixus » où des phallus masculins figurent sur une sculpture en forme de croix. Celle-ci a provoqué des avis controversées sur les réseaux sociaux. Des plaintes de la part des représentants de différentes confessions religieuses, des associations culturelles et des individuels ont été adressées à la Mairie de Daugavpils et au Centre d’art. Ces plaintes expriment des condamnations envers l’exposition et invitent à l’enlever. Suite à cette pression et à un entretien avec les représentants de la mairie de Daugavpils, le Centre d’art a décidé d’enlever trois œuvres (sur un ensemble de 30) de l’exposition.

« Cette saison des expositions est dédiée aux valeurs – des valeurs individuelles, des valeurs de notre société et à leur réévaluation ou non-évaluation. [..] Cette exposition a provoqué dans le clergé ainsi que dans la société une incompréhension soit parce que les personnes n’ont pas vu l’exposition, soit par ce qu’elles avaient interprété ces œuvres littéralement. Bien évidemment, parfois, en n'approfondissant son point de vue et en enlevant une ou certaines œuvres de leur contexte, ces malentendus peuvent se produire, » a expliqué le directeur du Centre d’art Māris Čačka.

Suite aux évènements, plusieurs ministères, associations, ainsi que le Bureau de l’Ombudsman ont exprimé leur incompréhension et ont invité à restituer les œuvres. Toutefois, la mairie de Daugavpils ne revient pas sur cette décision et ne reconnaît pas des éléments de censure dans son travail. « Il n’y a pas eu et n’y aura pas de censure. Si par exemple la censure avait existé, nous n’aurions pas inauguré cette exposition en premier lieu. [..], » a commenté le maire adjoint de Daugavpils, Aleksejs Vasiļevs. Il a expliqué que la mairie a reçu de nombreuses plaintes de la part des habitants de la ville et a réagi. La municipalité de Daugavpils ne permet pas la restitution des œuvres, malgré le communiqué du ministère la Culture et de l’Association des musées de Lettonie.


Sur le fond du cirque politique. Comment les artistes lettons dans leurs œuvres parlent de l’environnement et du climat

27 ans depuis la première Conférence du Climat de l’ONU à Berlin, cette réunion des leaders politiques est de plus en plus qualifiée de « cirque voyageur », en notant qu'il n’y a pas de décisions substantielles prises pendant ces réunions. [..] 

L’art du cirque, auparavant employé comme métaphore du phénomène, parle lui aussi souvent du changement climatique. En 2014, une compagnie de cirque, « Acting for climate », a été créée en Norvège et elle réalise des pièces où l’art se mêle à l’activisme. Le cirque de Riga, dont les portes ont récemment été ouvertes dans le bâtiment historique rénové en s’associant à leurs collègues norvégiens participe dans le projet « Circus for Climate ». Depuis six mois, les artistes de cirque lettons et norvégiens organisent des laboratoires pour les jeunes dans les régions de Lettonie avec l'objectif de créer une pièce qui sera présentée aux spectateurs dans le mois de mai 2023. Dans ces laboratoires, ils enseignent le langage du cirque et créent ensemble le contenu de la nouvelle pièce. Comme le note la directrice du Cirque de Riga Māra Pāvula, en s’inspirant d’autres collègues norvégiens et d’autres pays, le Cirque de Riga a inscrit une approche écologique dans sa stratégie d'action.

La commissaire de l’exposition du Centre d'art contemporain de Lettonie, Ieva Astahovska, avoue que la thématique de l’écologie ou du changement climatique ne domine pas dans le quotidien de l’art en Lettonie. Jusqu’au 15 janvier, il est possible de découvrir l’exposition « Les Écologies de décolonisation » à la salle d'exposition "Rīgas mākslas telpa". Dans l'exposition, il est possible de voir comment les artistes ont consacré leur attention aux relations entre l’humain et son environnement. La commissaire a expliqué que la création de cette exposition a permis aux artistes de se concentrer sur travail avec les questions de l’environnement et de l’écologie. L’exposition invite à réfléchir sur le caractère colonial des relations entre l’humain et la nature, et à agir pour changer ce phénomène.

Les œuvres monumentales et les photographies prises dans les régions arctiques de l’artiste Voldemārs Johansons amènent le spectateur dans les endroits du monde où les changements climatiques provoqués par la crise écologique sont ressentis le plus sévèrement. Ses œuvres sont créées en se basant sur les données scientifiques et sur les entretiens avec les scientifiques qui analysent les changements environnementaux. Toutefois, l’artiste s’éloigne de l’activisme environnemental : « Pour moi, l’art va au-delà de l’activisme, c’est bien plus qu’un moyen d’exprimer des idées, un plan ou un programme. Habituellement, j’essaie de préserver l’art d’un message particulier. » D’après l’artiste, très rarement d’excellentes œuvres d’art sont faites avec un message politique particulier.

(Extraits de l'article de Zane Ozoliņa sur lsm.lv)

Seen a mistake?

Select text and press Ctrl+Enter to send a suggested correction to the editor

Select text and press Report a mistake to send a suggested correction to the editor

Related articles

More

Most important