La Lettonie en revue: Juin 2022

Les articles ont été sélectionnés au mois de mai et portent sur l'actualité politique, sociale, sportive et culturelle en Lettonie.

Changements au gouvernement letton: démission de la ministre de l'Intérieur et du ministre de l'Economie

Au milieu du mois de mai, deux ministres ont dû démissionner au gouvernement du Premier ministre Krišjānis Kariņš ("Nouvelle Unité"). Le parti "Alliance nationale" a demandé la démission de la ministre de l’Intérieur Marija Golubeva ("Pour le dévéloppement/Pour!") suite aux évènements du 9 et 10 mai qui se sont déroulés pour la commémoration du jour de la victoire au pied du monument soviétique à Riga. Le Premier ministre a soutenu cette demande. Toutefois il a également demandé le remplacement d’un des ministres de "l’Alliance nationale" en notant que la demande formulée par le parti était faite sous forme d’ultimatum et de chantage. Le 18 mai, le Premier ministre a signé la démission du ministre de l'Economie Jānis Vitenbergs ("Alliance nationale").

Suite à ces changements politiques, deux nouveaux ministres ont été proposés par les partis "Pour le dévéloppement/Pour!" et "Alliance nationale" et le 26 mai leurs candidatures ont été approuvées par le vote de la Saeima. Dans le poste du ministre de l'Intérieur a été choisi le général Kristaps Eklons qui jusqu’à là occupait le poste de directeur adjoint du Service des sapeurs-pompiers. Il a travaillé dans le Service des sapeurs-pompiers depuis 30 ans. M. Eklons a promis de continuer le travail commencé par l’ancienne ministre de l’Intérieur Mme Marija Golubeva dans le domaine de l’accueil des réfugiés, du renfort de la frontière extérieure du pays, pour l'amélioration du système de la protection civile ainsi que pour la modernisation de tous les services du secteur des affaires intérieures.

Ilze Indriksone, jusqu’à là Secrétaire d’état du ministère de l’Economie a pris le poste de la ministre de l’Economie. Elle a souligné l’importance de l’attrait des investissements et le besoin de favoriser l’usage des ressources énergétiques renouvelables. Une de ses priorités pour les Pays baltes est de renoncer à la synchronisation de l’alimentation électrique avec la Russie. Elle a également promis de continuer un dialogue régulier et proche avec les organisations qui représentent le secteur de l’économie. 


Destruction du monument soviétique au Parc de la victoire

La Saeima a décidé le 12 mai de rompre l'article no. 13 de « L’accord entre la Fédération de la Russie et la République de Lettonie sur la protection sociale des retraités militaires et leurs familles, habitant sur le territoire letton », cet article prévoit que la Lettonie assure la conservation et le maintien des bâtiments et monuments mémoriaux sur son territoire.

Il est spécifié que l'article no.13 est arrêté à partir du 16 mai 2022 jusqu’au moment où la Russie arrête les violations des droits internationaux en Ukraine.

Un jour après cette décision, la Mairie de Riga a voté en faveur du démantèlement du monument soviétique au Parc de la victoire et a commandé à l’agence des monuments de Riga de faire tout le nécessaire pour préparer le projet de démantèlement.

Le 26 mai, la Saeima a soutenu en première lecture le projet de loi qui a pour objet le devoir aux municipalités de détruire tous les objets qui glorifient le régime soviétique et le régime nazi jusqu’au 15 novembre. Toutefois ce projet de loi a provoqué d’amples discussions au parlement. Si ce projet de loi était adopté, le gouvernement devrait établir une liste des monuments à détruire jusqu’au 30 juillet. Actuellement en Lettonie il y a autour de 300 objets - monuments, plaques commémoratives, objets mémoriaux qui sont dédiés au régime et à l'armée soviétique.


Volodymyr Zelensky dans son discours devant la Saeima: "Pendant que d’autres pays cherchent des excuses, la Lettonie aide l’Ukraine"

Le président de l'Ukraine, M. Volodymyr Zelensky a remercié la Lettonie pour le soutien à l’Ukraine et a invité de respecter la valeur de chaque pays en Europe pour vaincre l’agression russe, lors de son discours prononcé à distance devant le parlement letton le 26 mai 2022.

Dans son discours, Zelensky a remercié depuis Kiev la Lettonie et ses habitants pour l’aide que l’Ukraine reçoit: “Vous considérez notre lutte pour la liberté comme votre lutte personnelle. Et c’est ainsi car c’est chez nous, en Ukraine que se décide le destin de nous tous, le destin des habitants de l’Europe. Dans cette lutte se décide ce qui va dominer en Europe dans le futur proche : la justice pour chaque pays, ou l’occupation, les répressions, les déportations.”

“Pendant que d’autres pays cherchent des excuses, vous avez été parmi ceux qui agissent et vous continuez à faire ainsi. Vous nous aidez au maximum tant dans le domaine de la sécurité, tant dans l’aide humanitaire et vous exprimez votre attitude envers nos citoyens qui trouvent leur refuge temporaire en Lettonie. L’Ukraine va toujours se souvenir de votre aide,” a dit Zelensky.

Zelensky a déclaré que pendant que certains pays aident, d’autres « qui sont des pouvoirs forts, restent à l’écart » et subissent des critiques sur la lâcheté, sur l’hypocrisie et sur la morale double. Il lie cette attitude à la fois à la recherche de son bien mais aussi à l’espoir de calmer la Russie.

Mais à la base de cette attitude d'après le président ukrainien est le mépris pour les valeurs : « Il y a des gens [..] qui considèrent que tous les peuples n'ont pas de la valeur. On pourrait tout simplement oublier d'un pays pour tenter de maintenir la paix. Et cela pour une paix temporaire, pour une paix qui a comme prix la mort de milliers de personnes. »

Il a exprimé son désaccord avec certains opinions où dans ce temps de la guerre l’Ukraine doit entendre qu’il faudrait donner à la Russie ce qu’elle souhaite : « Très sérieusement des discours sur la possibilité des lignes rouges sur le dos d’un pays souverain, que nous devons calmer l’agresseur et céder, pour que l’agresseur puisse soi-disant se permettre de reculer. »

Zelensky a noté que ces invitations sont faites à un pays qui pour le quatrième mois est capable de résister à une des armées les plus fortes du monde. « Et qu’est ce qui va se passer si quelque chose de similaire se produit contre des pays qui ont un potentiel de défense plus réduit que l’Ukraine ? Comment le monde aiderait ces pays ? Est-ce que ces derniers seront trahis sans discussion ou conflit ? Et ce ne sont pas idées simples, dites comme ça, c’est la réalité, notre réalité. »

[..] Le président de l’Ukraine a incité à renouveler en Europe le respect pour des valeurs de base et dans tous les niveaux lutter pour ces derniers, car chaque peuple a de la valeur et les intérêts de tout peuple ne peuvent être négligés. C’est uniquement de cette façon que fonctionnera l’unité européenne et que la Russie perdrait ses chances de gagner la guerre contre l’Ukraine ou n’importe quel autre pays, d'après Zelensky. [..]

Zelensky a également incité l’UE à adopter le sixième paquet des sanctions contre la Russie y inclus l'embargo sur le pétrole. Il a souligné l’importance de l’apport européen pour tenir la Russie responsable pour le génocide contre le peuple ukrainien. Il a remercié le président de la Lettonie Egils Levits pour ses efforts à amener les criminels de guerre russes devant les tribunaux. [..]

Le président de l’Ukraine a été invité à se prononcer par la Porte-parole de la Saeima Ināra Mūrniece. En concluant le discours de Zelensky, elle a souligné que la Lettonie sera pour toujours du côté de la justice, de la liberté et de la démocratie. Cela signifie du côté de l’Ukraine.


Les villes de Tampere en Finlande et Riga en Lettonie obtiennent les droits d’organisation du championnat du monde de hockey sur glace pour 2023

La Fédération internationale du hockey sur glace (IIHF) pendant son congrès annuel a attribué les droits d’accueillir le championnat du monde de 2023 à la candidature conjointe de Tapere en Finlande et Riga en Lettonie le vendredi 27 mai. C’était l’unique candidature.

L’offre de Lettonie et de Finlande prévoit d’organiser un tournoi de groupe et deux quarts de final à "Arēna Rīga", mais le tournoi du second groupe et les compétitions finales seront accueillis à Tampere où le championnat du monde a lieu en 2022.

Comme Tampere et Riga a été la seule candidature, il n’y a pas eu de vote, mais pour confirmation à l’attribution du titre des villes organisatrices a servi le manque des avis s’opposant à ce dernier au congrès de l’IIHF.

En avril, l’IIHF a annulé les droits d’organiser le championnat du monde de 2023 à Saint Pétersbourg. Après cette annulation, l’intérêt pour l’organisation du championnat a été exprimé par l’Hongrie, la Slovénie, qui ont annulé leur candidature en mai.

Luc Tardif, le président d’IIHF dans son discours d’ouverture du congrès a souligné que la suspension de la Russie et de la Biélorussie des évènements internationaux du hockey sur glace, est en faveur des intérêts de la sécurité de tous les participants. (..)

Le championnat du monde de hockey sur glace aura lieu du 12 au 28 mai 2023.


La mode comme phénomène social : l'exposition "Vêtements modèles. Archétypes de la mode" au Musée des Arts décoratifs et du design

Au Musée des Arts décoratifs et du design de Riga le 25 mai a été inaugurée l’exposition « Vêtements modèles. Archétypes de la mode » qui invite à suivre le parcours de cinq vêtements qui se trouvent dans la garde-robe quotidienne, à travers les siècles et des tendances de la mode. L’exposition a été crée en collaboration avec le MUCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) à Marseille ainsi que d’autres institutions culturelles lettones et étrangères.

Les organisateurs précisaient que l’histoire de cette exposition ne concerne pas la mode mais la société. La commissaire d’exposition Isabelle Crampes a expliqué : « Je voulais mieux connaitre l’histoire des vêtements durables, qui ont traversé les siècles. Les vêtements qui sont montrés dans l'exposition, sont créés en employant des technologies et des méthodes qui sont invariables depuis des siècles, et ces vêtements continuent à être produits aujourd’hui. Mon but est de voir pourquoi ces habits font partie de la garde-robe d’aujourd’hui. »

Plus de 200 objets sont visibles dans l’exposition et ils sont rassemblés autour de cinq habits qui au départ avaient certaines fonctions. C’est un dialogue entre les traditions, et le design de la haute couture. Le bleu du travail français, les espadrilles, le débardeur, le kilt écossais et le jogging.

La commissaire d’exposition Inese Baranovska a souligné la valeur du kilt : « Si nous évoquons le kilt, nous pensons immédiatement à la reine du punk Vivienne Westwood. Nous avons deux originaux des collections de Westwood dans cette exposition. »

L’exposition est visible au Musée des Arts décoratifs et du design de Riga jusqu’à la fin du mois de septembre.

Seen a mistake?

Select text and press Ctrl+Enter to send a suggested correction to the editor

Select text and press Report a mistake to send a suggested correction to the editor

Related articles
Features
Most important

Please be aware that the LSM portal uses cookies. By continuing to use this site, you agree that we may store and use cookies on your device. Find out more

Accept and continue